Waterloo, Morne plaine

GU7C8159-1

 

C’est une journée compliquée. L’anniversaire d’une défaite cuisante de la France, il y a deux cents ans, quelque part en Belgique. Fêtée en grande pompe aujourd’hui. Bon, c’est ainsi. Après tout, Paris est truffé de nom de rue de rues, de places, qui font référence à des victoires impériales. On s’offusque du nom de la dernière gare londonienne, enfin, je m’offusque mais nous avons avons bien notre gare d’Austerlitz. Comme une partie de tennis de table avec les anglais même s’ils n’étaient pas concernés par Austerlitz. Je ne sais pas s’il faut s’offusquer des cérémonies grandioses du bicentenaire de la victoire des alliées sur la France. Il n’y a pas si longtemps, les anglais débarquaient sur nos plages pour contrer une des plus grandes infamies de l’histoire du monde. Et là, nous étions bien heureux de voir ces types lutter contre la barbarie à nos côtés. Il faut peut-être s’interroger sur le fait que nos systèmes politiques conduisent à réunir entre les mains d’une personne, force pouvoirs. Pour les résultats que l’on sait. Même si, concernant l’empereur, je fais partie de ceux qui considèrent qu’il n’a eu de cesse de conserver les frontières de la révolution française. Enfin, c’est un autre débat.

Mais doit-on retenir de cet homme extraordinaire ? son génie militaire ? cette défaite commémorée ce jour était gagnée si les ordres avaient été suivis. Et s’il n’avait pas été non plus l’ombre de ce qu’il fut. Le code napoléon ou code civil écrit dans sa fameuse berline sur des routes cahoteuses en fuyant Moscou alors que le monde, son monde s’écroulait autour de lui ? L’homme lucide, vif, visionnaire. Tant de choses. Mais aussi cette guerre constante qui a eu raison des vies, des volontés, des fidélités autour de lui. Des guerres incessantes qui ont ravagé l’Europe et ses populations. Après la fuite de Moscou, il y a eut la Campagne de France. Chef d’œuvre tactique, stratégique et militaire de Napoléon. Que des victoires mais avec si peu d’effectifs (25000 hommes sont revenus de Russie sur une armée de 400000 soldats au départ du camp de Boulogne) et donc jamais décisives.

J’ai envie de me dire qu’à travers cette commémoration du jour, c’est peut-être l’Europe unie auquel on a envie de croire, celles où l’on se dit qu’aucune guerre ne sera plus désormais. Et pourtant, si nos regards se portent en Ukraine, les risques sont bien présents avec la Russie, les hommes qui trustent nombre de pouvoirs également. L’histoire se répète. On a envie de ne pas y croire. Pour une fois. Il faut donc rester vigilant.

Ce poème de Victor Hugo qui traite de cette bataille est juste sublime de mon point de vue. En voici quelques extraits qui me touchent.

… morne plaine !
Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,
La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
D’un côté c’est l’Europe et de l’autre la France.
Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l’espérance ;
Tu désertais, victoire, et le sort était las.
O Waterloo ! je pleure et je m’arrête, hélas !
Car ces derniers soldats de la dernière guerre
Furent grands ; ils avaient vaincu toute la terre,
Chassé vingt rois, passé les Alpes et le Rhin,
Et leur âme chantait dans les clairons d’airain !

Comme s’envole au vent une paille enflammée,
S’évanouit ce bruit qui fut la grande armée,
Et cette plaine, hélas, où l’on rêve aujourd’hui,
Vit fuir ceux devant qui l’univers avait fui !

 

J’en profite pour illustrer ce billet d’humeur par l’une de mes quelque trois, quatre mille figurines relatives à l’empire. Des soldats de plomb de la marque CBG-Mignot (figurine dite ronde bosse ou demie ronde bosse selon la taille) ou encore Heinrichsen pour les plats d’étain (figurines plates peintes des deux côtés de façon plutôt grossières). Il faudra à l’occasion que je fasse un reportage avec plus d’explications sur les soldats de plomb, une autre de mes passions 🙂


Article Written by

This Article has 5 Comments

  1. Focales says:

    Il faut des victoires comme il faut des défaites, ne serait-ce que pour que l’homme ne prenne pas la grosse tête. Simplement, et avec le recul, j’avoue que je préfèrerais qu’il n’y ait plus ni l’une ni l’autre et plus aucun champ de bataille non plus, même avec les moyens de défense actuels à mille lieues de ceux de l’époque.
    Pauvre petit caporal… controversé et auquel on doit quand même quelques lois. LOL !

  2. Pyrros says:

    Si on se remémorre nos victoires il est aussi indispensable de se souvenir de nos défaites. Pour savoir d’où l’on vient et essayer de savoir vers où va ou où aller.

    Ces batailles ont fait des nombreuses victimes mais ont aussi permis de défendre nos valeurs ou leurs fondations.

    Pour sur Aujourd’hui nous ne souhaitons plus de batailles de ce genre mais l’Histoire récente montre que parfois la force est le seul dialogue possible, la bannière en haut à gauche de cette page « Je suis #Charlie » est l’exemple même qu’il faut aller se battre contre certaines idéologies avant qu’elles n’envahissent et ne s’installent dans notre pays de Libertés.

    Les armes ont évolué pas les batailles

    • Olivier says:

      Oui, tu as raison Loïc. L’attentat de Charlie Hebdo est là pour nous montrer qu’il faut sans cesse rester vigilant et que d’une attitude non belligérante, il nous faut quand même entrer en guerre. Un conflit différent mais cela reste une guerre quand même. Et avec ce qui se passe à l’Est de l’Europe, il y a de quoi s’interroger. Bref, les marchands d’armes ont de beaux jours devant eux encore. Merci de ton passage Loïc.

  3. Christine says:

    Je ne veux plus de batailles, de guerres, mais hélas l’homme est l’homme , toujours avide d’un pouvoir quelconque …
    Mais j’aime beaucoup ta photo, ce petit soldat qui se fond dans la douceur ☺
    très belle soirée à toi Olivier

    • Olivier says:

      Il y aura toujours une idéologie à imposer, un territoire à envier, un regard à défier. Ce n’est pas être fataliste que de se dire que c’est une réalité. Il n’en faut que plus de vigilance. Je en voulais pas une photo guerrière, merci pour la douceur Christine 🙂


Leave a Reply