Vol au-dessus d’un nid de volcans

Cette journée était décidément magnifique. Le soleil, l’air frais mais pourtant doux, la bonne humeur et l’impatience de ce que j’allais découvrir tout en étant plutôt stressé. Il s’agissait d’effectuer un vol avec Jacques Bolle dont l’activité est de proposer des vols en ULM pendulaire au-dessus de la Chaîne des puys ainsi que du côté de Maringues où est basé son appareil pour le moment. Vol au-dessus d’un nid de volcans, certes, mais surtout vol au-dessus d’une vraie splendeur, la Chaîne des puys. En cours de classement du côté de l’Unesco malgré un deuxième refus, c’est un territoire unique que l’on foule tous les jours en prenant une certaine hauteur si on le souhaite, mais là, c’est vraiment voir les choses différemment. C’est, en particulier, se dire que notre terre est quelque chose d’unique et de merveilleusement beau. C’est se sentir concerné par son devenir et se sentir effrayé de ce que nous en faisons. C’est une conscience que nous devrions tous avoir. Nous devrions tous être écologistes, c’est-à-dire avoir conscience de ce qui nous entoure, d’avoir envie de le préserver pour nos enfants, pour leurs enfants, de respecter les autres et tout être vivant, quelque animal ou plante que ce soit. C’est aussi s’interroger sur ce que nous faisons ici et pourquoi nous avons en nous cette ambivalence, cette capacité à détruire associée à cette capacité à réaliser des choses extraordinaires. C’est aussi être attentif à ce que nous mangeons, acheter des oeufs de poules élevées en plein air par exemple est un bon début. Consommer court c’est-à-dire consommer local pour réduire son empreinte carbone et favoriser les agriculteurs locaux, c’est trier ses déchets, du recyclage des bouteilles en verre et autres déchets. C’est réduire sa consommation e viande ou consommer local en connaissant les éleveurs locaux dont le travail n’a rien à voir avec les mille vaches où l’animal passera sa vie sans jamais voir un brin d’herbe ou humer un air vicié autre que celui de ce hangar hors norme, cette véritable horreur. Autant de petites choses que nous devrions tous appliquer au quotidien car tous ces battements d’ailes de papillon auront forcément une influence sur notre vie et notre envionnement.

C’est surtout d’une beauté difficilement descriptible d’autant plus que nous nous sommes envolés depuis Maringues en fin d’après-midi et que ce jours là, les couleurs étaient à l’image du spectacle, splendides. Autant vous dire également que de m’envoler sur un engin sur lequel je n’ai aucune maîtrise, ajouté à mon envie de découvrir, ma curiosité et mon impatience, j’étais calme en apparence et bouillonnant à l’intérieur. avec Jacques, nous partageons une sensibilité sur le monde qui nous entoure et sur la photographie. Jacques est d’ailleurs passionné par la photographie aérienne (je vais mettre en fin de post toutes ses coordonnées). Mais à aucun moment malgré mon appréhension, je n’ai eu peur. Stressé certes mais pas apeuré tant Jacques a un pilotage sécurisant, tout en maîtrise, sa tranquillité et ses commentaires avec sa voix douce contribuent à vous mettre à l’aise. Bon ok, moi, je ne l’ai jamais été, question de tempérament, quand je n’ai pas le volant, c’est compliqué 🙂 

Jacques vous accueille, vous explique le vol que vous allez faire, vous explique le fonctionnement de l’ULM et notamment que c’est avant tout, un engin qui plane avec sa voile, quoiqu’il arrive. Evidemment, pas d’appareil photo ce qui est rageant car quand on voit ces paysages, on n’a envie d’immortaliser tout cela. Pas d’appareil photo pour des raisons de sécurité : il ne s’agit pas de perdre un objectif vu la hauteur ou de lâcher quelques photo qui se prenne dans l’hélice de l’Ulm juste derrière. Pour une fois donc, j’étais spectateur. Mais j’ai des tonnes d’images dans la tête et pas dans mon appareil. Je les ai toujours avec moi d’ailleurs 🙂 Je ne vais rien vous dire précisément de ce que j »ai vu pour ne pas dévoiler cette magie qui va vous envahir une fois à quelques mètres du sol puis finalement, très haut puisque nous étions au-dessus du Puy-de-Dôme qui culmine à plus de 1400 mètres. J’avais déjà hésité avec un vol en parapente justement autour du Puy de Dôme mais avec ce parcours en ULM, et la vision que l’on a de toute la Chaîne des Puys, c’est juste incroyable. Même si vous avez l’impression de connaitre la Chaine des puys et cette beauté qui nous entoure, je vous assure que verrez les choses autrement, une fois là-haut.

Je n’avais donc pas d’appareil photos mais je joins à ce post quelques photos prises avec mon iPhone, une fois de retour à la base ULM. Un spectacle de toute beauté nous attendais avec ces flammèches rouges dans le ciel et les couleurs post coucher du soleil autour de la Chaîne des puys(la qualité des photos est celle d’un smartphone !). Une belle expérience, une belle rencontre et une agissement que je ne suis pas près d’oublier. C’est aussi ce que je vous souhaite si vous voler avec Jacques. Mais sur ce point, je n’ai aucun doute.

J’embrasse également très fort Marylène qui nous a mis en relation 🙂

Jacques Bolles, http://www.delta-dome.com, https://www.facebook.com/Vues-Aériennes-dAuvergne-Jacques-BOLLE-1536830213267673/, 06 87 48 66 29, info@delta-dome.com.

img_2088-1 img_2096-1 img_2095-1 img_2092-1


Article Written by

This Article has 7 Comments

  1. zazy says:

    Je comprends ta joie, ton enthousiasme. Quel pied tu as dû prendre. Pourquoi pas d’appareil photos ? pour ne pas concurrencer ses propres prises ? Ce que je comprends. Ce doit être le côté frustrant.
    Survoler la chaîne des Puys !! un rêve
    Merci pour le partage

    • Olivier says:

      Bonjour Zazy, c’est juste pour des raisons évidentes de sécurité car il est déjà arrivé que quelqu’un lâche quelque chose qui se prennent dans l’hélice située juste derrière. Et puis il ne faut pas non plus lâcher quelque chose d’aussi haut, surtout un appareil photo ou un objectif par exemple ! Je crois qu’en plus il faut une habilitation pour prendre des photos depuis ce type d’appareil, c’est donc réservé à des professionnels uniquement. Et puis comme ça, j’ai pu profiter du spectacle sans stresser de lâcher mon appareil ou échapper mon objectif 🙂 Sinon, en effet, c’était génial 🙂 Et c’est un rêve très accessible, il suffit de se rendre sur le site de Jacques, tout est expliqué et les tarifs indiqués. Bon we 🙂

  2. Gaya Nature says:

    Bonjour Olivier,

    Je suis ravie pour toi que d’avoir vécu ce moment qui sans doute doit être très fort émotionnellement que de voir notre planète comme les oiseaux peuvent la voir, dans son ensemble. Mais ce que j’aime surtout, c’est ton plaidoyer pour cette Terre que je chéris tant.

    Bises et bonne fin de journée.

  3. Je t’envie ce moment extraordinaire Olivier, quelle chance de survoler cette magnifique région qui est la tienne. Merci pour ces beaux couchers et j’espère que tu n’as pas été trop frustré de ne pouvoir emporter d’apn. Bonne soirée

  4. Dédé says:

    Bonjour. Je comprends la frustration de ne pas avoir pu prendre de photos d en haut mais votre récit fait entrevoir toutes les merveilles du paysage. Je suis aussi sensible à la réflexion écologiste car nous nous devons effectivement de sauvegarder ce patrimoine coûte que coûte. Merci pour ce partage olivier et bon dimanche.

  5. lise says:

    Libre…..il est libre Olivier…….
    Voler comme un oiseau est le rêve de chacun……merci pour ce beau partage emplit de magie
    Notre Terre est belle….sachons la protéger !

  6. Pascale MD says:

    Tes photos sont très belles et ce doit être une expérience fabuleuse.
    Merci de nous en faire profiter le temps de quelques photos.
    Bonne journée Olivier


Leave a Reply