Retour d’expérience et test du GorillaPod Focus

Lors d’un récent voyage dans l’ouest américain, je me suis dit qu’il était hors de question que je me trimballe mon trépied Manfrotto. Il n’est pas en aluminium et avec en plus mon matériel photo, cela pèse vraiment trop surtout en mode je crapahute tous les jours. Je n’avais aucune envie de le mettre en soute, ayant opté pour des valises de taille moyenne du fait de la nouvelle législation aérienne, le poids est également limité en soute. Un trépied ce n’est pas indispensable mais cela facilite grandement les choses dans certaines situations.

Je pouvais emmener un sac de haricot pour stabiliser l’appareil (très bon article sur ce sujet ici : http://photographika.fr/test-apex-bean-bag/) mais cela prend aussi de la place.

Finalement, je me suis rabattu sur le système Gorillapod de Joby. Bon, je ne suis pas pro, mon blog a une diffusion limitée donc je me voyais mal leur demander de m’en prêter un pour ces 15 jours. Je l’ai donc acheté directement en me disant qu’il me serait certainement très utile par la suite.

Sa particularité est qu’il peut s’accrocher ou se positionner quasiment partout. Par ailleurs, il me fallait une version qui ne soit pas gadget mais qui me permette de me supporter mon Canon 5D3, mon 24-105 mm ou mon 100-400 mm.

gp8-bhx-marina2

Justement, il existe une version dénommée Focus dite professionnelle. Il est vrai que l’on voit souvent les différentes versions des Gorillapod en démonstration mais avec des appareil moins lourd. La version Focus permet de supporter des « Pro DSLRs with Zoom Lenses, Pro Video Cameras », un poids de 5 kilos, pèse moins de 500 grammes pour un encombrement réduit avec une hauteur de 29 cm.

Génial, jusque là, tout va bien.

Pour fixer mon appareil sur le Gorillapod, tout va bien également puisque Gorillapod propose une tête BallHead X qui semble bien fichue, la vis de fixation est standardisée avec un adaptateur si jamais le pas de vis est différent (¼ »-20  standard tripod mount or  ⅜ » with included adapter). Pour le Canon, aucun problème. Donc pour que l’ensemble fonctionne, il faut le pied proprement dit, Gorillapod Focus et la tête Ballhead X.

bh2-70-200-52x37a

C’est parti, je commande chez Amazon le pack pied + rotule pour un total de 139,60 €.

La première prise en main est plutôt agréable, le pied est très léger, c’est vrai. On peut en effet tordre les trois « jambes » du Gorillapod dans tous les sens, j’ai le sentiment que c’est plutôt solide. La rotule est bien fichue, elle permet d’orienter l’appareil selon ses envies, c’est plutôt très fluide. Trop peut-être ? Attention à bien tenir l’appareil lorsque vous souhaitez changer son orientation. Avec le poids, l’appareil, plus en prise, peut vite entraîner le Focus dans son élan. De la même façon, si vous avez fixé le Focus sur un poteau par exemple, aucune chance qu’il ne tombe si vous ne faites pas attention mais l’appareil, plus en prise, peut tourner sur son axe sèchement et l’objectif venir cogner le poteau par exemple. Il faut retenir que dès que la tête de la rotule n’est plus fixée, il n’y a pas de progressivité et avec le poids de l’appareil, si celui-ci n’est pas tenu, l’ensemble vacille immédiatement.

gorillapodfocus-02-sfcliff

Les mouvements de la rotule sont commandés par trois vis, l’une pour fixer l’appareil sur le support en x, une pour permettre à l’appareil d’effectuer un tour à 360° selon les besoin de la prise de vue (pour de la vidéo par exemple et suivre un mouvement ou pour des prises de vue panoramiques). Des traits indique la progressivité de 0 à 360°. Et enfin l’autre vis dont j’ai parlé juste avant permet de diriger l’orientation de la tête de la rotule.

J’ai donc passé mes 15 jours américains avec mon Gorillapod Focus systématiquement dans mon sac photo, il m’a servi plusieurs fois comme par exemple au Grand Canyon pour des prises de vue en fin de journée.

J’ai apprécié son faible encombrement, son poids très léger (Trépied + rotule), sa capacité à se fixer sur de nombreux supports et une fois que l’on a pris le coup, sa stabilité grâce aux pieds malléables à merci.

Il faudra voir avec le temps s’il résiste et si les torsions ne créent pas au bout d’un certain temps, des difficultés tels que des blocages dans les « nœuds » des trois jambes.

Un dernier point à surveiller tout particulièrement, c’est la vis qui se trouve au centre de la rotule et qui relie la plaque de fixation du reflex au reste de la rotule. On a beaucoup marché, pris les transports, parcourus des pistes en véhicule tout terrain et avec les soubresauts, cette vis a tendance à se desserrer. Du coup, mon appareil avait moins de stabilité et l’ensemble devenait branlant. Je m’en suis aperçu et il suffisait juste de le revisser, il n’a plus bougé ensuite. Complication, il faut une clé à laine pour la fixer correctement ! J’étais parti avec mon couteau miracle et ses accessoires mais sinon, le pied devient inopérant. Un outil à la bonne dimension que Joby devrait peut-être fournir avec son trépied.

N’hésitez pas si vous avez des questions !

(Photos à venir ce we !)

 http://joby.com/gorillapod/focus

© photos Joby.com

Article Written by

This Article has 6 Comments

  1. Seb says:

    Merci pour ce petit test très instructif (et merci pour le lien vers mon site 😉 ).
    Ce Gorillapod a l’air vraiment très astucieux. Et les photos où il est fixé sur un poteau sont impressionnantes. J’avais bien failli me laisser tenter il y a qq temps, mais je n’ai pas donné suite…. Je suis curieux d’avoir ton retour après quelques mois d’utilisation, surtout concernant la « tenue » des boules composant les pieds.

    • adminod says:

      C’est en effet le point d’interrogation. Il est en effet très pratique et pour le moment semble résister aux torsions. Encore quelques mois pour une revue de matériel ! Merci pour cette visite Sébastien.

  2. Cédric says:

    Merci pour ce retour d’expérience. C’est toujours intéressant de lire l’avis des vrais utilisateurs. J’ai un gorilla générique (imitation) qui ne fonctionne pas trop mal, le concept du gorilla étant vraiment une bonne idée.

    A bientôt,
    Cédric.

  3. Nico says:

    Alors quelles sont tes conclusions apres quelques mois d utilisation ?
    Supporte t il toujours camera + 100-400 ?

    merci pour ta revue

    • Olivier says:

      @Nico Bonsoir, il est vrai que je en suis pas revenu sur le sujet comme je m’y étais engagé mais je n’ai rien constaté de particulier sur l’utilisation de mon Gorillapod. Par contre, il est vrai que je n’utilise le 100-400 mm qu’en format trépied et moins dans des positions acrobatiques où le Gorillapod excelle. Sinon, j’ai du resserrer une ou deux fois la vis centrale mais je ne l’ai pas utilisé sur des pistes cahoteuse comme lors de mon premier retour, il y a donc moins de soubresauts et la vis bouge elle aussi moins. Les articulations restent relativement rigides ce qui est une garantie d’efficacité pour moi et montre sa capacité de résistance à l’utilisation. Il reste toujours très pratique en appoint et me sauve parfois la mise. Quand je sais que je dois utiliser un pied, je préfère le confort d’un trépied classique plus haut en hauteur, mais beaucoup trop lourd pour l’avoir systématiquement avec moi. Je peux te donner d’autres infos plus précises si tu le souhaites. merci pour ton passage ici 🙂


Leave a Reply